⟵ Retour

Atelier #2 : Pollution à Asnières, quelles solutions ?

Selon un récent rapport d’experts, Asnières est la ville des Hauts-de-Seine dont les abords des crèches et écoles sont les plus exposés à la pollution. Le 5 juin dernier, A&V a donc consacré son second atelier à ce véritable enjeu de santé publique.

Retour sur les échanges, introduits et conclus par notre porte-parole Alexandre Brugère, avec nos intervenants : Olivier Blond, Président de l’association RESPIRE et auteur du rapport, Patrick René, responsable de la boutique pour cyclistes « L’Échappée Belle » située au 71 rue de Nanterre, et Arnaud Bertrand, asniérois, Président et co-fondateur de l’association « Plus de Trains ».

CONSTATS PARTAGÉS

1.  Face à la très forte exposition d'Asnières à la pollution, il est nécessaire d’engager une véritable transformation de la ville en sortant de l’opposition dépassée entre ceux qui utilisent leur voiture et les autres.

2.  Asnières manque d’alternatives pour des déplacements pas ou peu polluants :

  1. Une seule véritable piste cyclable construite il y a plus de 10 ans. Quant à la circulation à contre-sens par rapport aux voitures, elle reste anxiogène pour les cyclistes.
  2. Les bus sont souvent bondés et ne permettent pas de relier tous les quartiers de la ville. Et si, côté rail, la ville est plutôt bien desservie, le RER C n'est pas assez fiable et la ligne 13 totalement saturée.

3.  Notre ville compte beaucoup trop peu d’arbres et d’espaces verts.

Alexandre Brugère, porte-parole d'A&V

PROPOSITIONS ISSUES DES ÉCHANGES ET DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES

+ S'attaquer d'urgence à la pollution près des écoles et des crèches :

  1. D’abord en réalisant des mesures régulières des niveaux de pollution et en communiquant leurs résultats aux citoyens ;
  2. Ensuite, en menant un travail de concertation avec l'ensemble des acteurs (établissements, parents d’élèves, riverains et commerçants situés aux abords) pour revoir les aménagements.

+ Encourager le covoiturage en aménageant des points de rencontre dédiéset changer les mauvaises pratiques de certains automobilistes comme l’a fait récemment la mairie de Sceaux en sanctionnant les automobilistes à l'arrêt qui ne coupent pas leur moteur.

+ Encourager le développement des voitures moins polluantesen permettant la recharge des véhicules électriques sur les anciennes bornes "Autolib"ou en accordant du temps de stationnement gratuit aux propriétaires de véhicules propres.

+ Favoriser les "mobilités douces" en adoptant un plan vélo ambitieux et concertéqui prévoirait notamment l’aménagement de vraies pistes cyclables, l’installation d’espaces de stationnement pour vélos sécurisés et une aide financière pour l’achat de vélos à assistance électrique.

+ Améliorer les trajets en transports publics des Asniéroisen travaillant beaucoup plus étroitement avec la RATP et Ile-de-France Mobilités afin de renforcer les dessertes de bus, augmenter la fréquence et la sécurité de la ligne 13 et rendre plus fiables et vivables les trajets en RER.

+ Créer des lieux où l'on respirecomme par exemple le parc Robinson, à l'abandon depuis de nombreuses années, qui pourrait être réaménagé afin de devenir un vrai poumon vert.

Vous aussi, devenez acteurs ! La structure asniéroise Créative Handicap (http://creativehandicap.org) s'est engagée aux côtés de l'association RESPIRE en vue de fabriquer des capteurs de pollution. Si vous souhaitez participer à cet atelier et/ou installer un capteur à l'extérieur de votre domicile, vous pouvez nous contacter : [email protected] !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK